La jeunesse a les raisons manifestation

Publié le par LVD Sabine

Depuis la rentrée de septembre, les jeunes générations ont rejoint le cortège des manifestations. Mardi 26 octobre marque une étape nouvelle dans la sociologie du conflit: les jeunes seront seuls en scène, à l'appel de l'Unef et de Sud-Etudiants. La majorité feint de s'étonner de leur présence dans la rue. Ils ont pourtant toutes les raisons du monde de manifester.

Les jeunes, victimes de la réforme des retraites

On en discute beaucoup: le recul de l'âge de départ à la retraite des seniors va-t-il aggraver le chômage des jeunes?

Le marché du travail en France est dégradé. Il s'est adapté à la crise en excluant du travail ses deux extrémités générationnelles, les jeunes et les seniors. Le taux d'emploi des jeunes (moins de 25 ans) est de 31%, celui des seniors (plus de 55 ans) de 38%, des taux parmi les plus bas d'Europe. En l'absence d'une politique volontariste d'amélioration du marché du travail, le recul de l'âge de départ à la retraite va accroître le chômage.

Le chômage des seniors, bien sûr. Les deux tiers des Français sont au chômage lorsqu'ils liquident leur retraite. C'est ce qui explique la grande différence dans le secteur privé entre l'âge de cessation d'activité, 58 ans, et l'âge de liquidation de la retraite, 61,6 ans. Statistiquement, pour ces Français, le maintien plus longtemps en activité signifie maintien au chômage: la réforme transforme de «jeunes retraités» en «vieux chômeurs».

Mais également le chômage des jeunes. Certes, il n'y a pas de lien direct: on ne remplace pas poste pour poste un tourneur fraiseur qui part à la retraite par un jeune diplômé sorti de l'université. Mais les liens existent. Des liens mécaniques dans certains secteurs, comme dans l'administration: avec la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, l'embauche d'un jeune est condition.

Publié dans Divers

Commenter cet article